Accueil Les Assyro-Chaldéens d'hier et d'aujourd'hui Le vilage d'Ischy Saint Joseph le Voyant Annexes Nous contacter
Ischy ou le village millénaire
Situation géographique
La construction de l'Eglise
La construction d'Ischy
Des métiers et des hommes
Administration - Enseignement - Santé
Le bétail - La terre - Les récoltes
L'artisanat



Accueil > Le vilage d'Ischy > la situation géographique
SITUATION GEOGRAPHIQUE

Ischy est un village habité par des Assyro-Chaldéens qui sont des catholiques de rite chaldéen. Les habitants d'lschy parlent le "Sureth" qui est un dialecte araméen (langue du Christ et des Apôtres). Le village est situé dans la région de Hakkâri (province du Sud-est de la Turquie.). Son chef lieu est Uludere. Son nom, Ischy, est millénaire, mais depuis 1958 le village est appelé officiellement Onbudak, suite à la turquification des noms des villages de la région. Sa superficie s'étend sur environ cinquante kilomètres carrés. Sa population, avant l'exode des années 1980, était d'environ 700 habitants. Les villages limitrophes sont : Elan (à l'Est), Baznay (village chrétien, à l'ouest) et Ségueirik (au sud). Une liste comportant la turquification de certains noms est en annexe.

Ischy est ses environ

Ischy bénéficie d'un site géographique et géologique favorable. En effet, le village est saturé de terres fertiles. On peut cultiver des céréales comme le maïs, le blé, l'orge et le seigle. On y trouve aussi beaucoup de fruits et légumes. Les principaux fruits sont : le raisin, la pomme, la poire, la prune, la grenade, la figue, la noix... Parmi les légumes, on cultive des tomates, des concombres, des choux, des haricots verts... Ainsi, les villageois pouvaient vivre indépendamment du monde extérieur. Ce qui explique leur capacité à pouvoir conserver leur identité, c'est-à-dire une langue millénaire, des coutumes et des traditions ancestrales.

Le village jouit également des conditions climatiques les plus favorables. Effectivement, nous pouvons distinguer les quatre saisons de l'année, avec un été chaud et sec, et un hiver froid et humide (climat continental).

La périphérie du village, autour des cultures vivrières, est occupée par des bois et des montagnes. Le bois permet de nourrir le bétail tout au long de l'année. On rassemble les feuillages des arbres pendant l'été et on les conserve pour la nourriture du bétail en hiver. Hormis le bois, beaucoup de pâturages servent à nourrir le bétail pendant les autres saisons. Les montagnes qui délimitent le village sont les chaînes montagneuses d'Hakkâri. Au nord d'Ischy, Khanga est le point culminant. Il atteint les trois mille mètres. Il sert principalement à la transhumance d'été.

A ces ressources naturelles, vient s'ajouter la plus importante qui est l'eau. Une grande rivière prenant sa source des montagnes (Eneid Chiteidazzo), descend au pied du village. Elle permet un approvisionnement abondant et permanent en eau. Deux ruisseaux tirés de cette rivière permettent principalement l'irrigation. L'un, ruisseau du village (Chaqitid'Mata) coupe le village en deux parties égales. L'autre, ruisseau de l'ubac (Chaqitid'Nezara) contourne le village en son ubac. Ces deux ruisseaux rejoignent la rivière principale après avoir irrigué généreusement le village, les jardins, les vergers et les champs.

Quant à l'eau potable, elle est canalisée depuis le haut de la rivière jusqu'au village. Elle trouve son issue dans des fontaines construites à cet effet. Trois fontaines sont mises au service des villageois en 1975 et assurent leurs besoins quotidiens. Ceux sont les villageois eux-mêmes qui les ont construites.

Plan du village

En montant le village en son ubac, on tombe sur une plaine appelée Marga qui sert principalement de nourriture au bétail. Plus loin, vers le sud-est du village, on trouve une des ressources importantes qui est la vigne. Au pied du village, au bord de la rivière, sont construits trois moulins à eau qui assurent les besoins nutritionnels des villageois.

Une autre partie intégrante d'lschy, Qarayé, qui se trouve à l'aval, est séparée des autres habitations par la rivière principale. Ce quartier est surplombé par une falaise qui le délimite à l’Ouest. Il est situé sur un plateau en contraste avec la partie dominante d'lschy. La distance séparant ces deux parties est d'environ un kilomètre à vol d'oiseau. Les principaux moyens de communication entre ces deux lieux sont la marche à pied et le mulet. Ce dernier constitue le principal moyen de transport (le transport routier est quasi inexistant), pour l'ensemble des villageois. Du fait de cet éloignement, Qarayé possède sa propre église. Mais cela ne modifie en rien l'unité d'lschy, car non seulement, il n'existe qu'un seul cimetière, mais aussi, un seul curé préside ces deux églises, et une seule école apporte l'enseignement (voir carte plan du village d'lschy).

La principale voie terrestre, qui est aussi la seule voie routière, passe au pied de Qarayé en provenance de Ségueirik. Elle passe par un pont construit sur la rivière avant d'accéder au village.

L'économie d'lschy était l'une des plus réputées des villages voisins car sa population était très active, studieuse, courageuse et surtout solidaire. Cela donne droit à de multiples convoitises et à beaucoup de visites de la part du voisinage. Quiconque vient à lschy pour nourrir sa faim y trouve satiété.

L'organisation administrative et politique du village est assurée par les habitants d'lschy. On distingue dans le village, quatre grandes familles (se reporter à la constitution du village). Chaque famille élit un représentant qui occupera les fonctions d'un adjoint au maire (Azaya). Les représentants se réunissent en conseil. Les villageois se mettent d'accord, après consultation, pour choisir un maire (Mukhtar). L'administration du village est assurée par le conseil, qui est donc composé du maire et de ses adjoints. En cas de décision importante, un conseil extraordinaire est organisé. Tous les habitants sont invités à participer aux débats et à délibérer.

le Village d'Ischy haut de page La construction de l'église
Ischy Contact