Accueil Les Assyro-Chaldéens d'hier et d'aujourd'hui Le vilage d'Ischy Saint Joseph le Voyant Annexes Nous contacter
Ischy ou le village millénaire
Situation géographique
La construction de l'Eglise
La construction d'Ischy
Des métiers et des hommes
Administration - Enseignement - Santé
Le bétail - La terre - Les récoltes
L'artisanat



Accueil > Le vilage d'Ischy > Administration - Enseignement - Santé
ADMINISTRATION - ENSEIGNEMENT - SANTE

Malgré l'absence des secteurs secondaire et tertiaire il y avait au village un maire, un enseignant et des personnes qui s'occupaient de la santé des villageois. Mais ces derniers n'avaient aucun diplôme pour effectuer ces métiers sauf l'enseignant. Ils accomplissaient ces tâches en parallèle avec leur travail de la terre.

En effet, une personne choisie parmi les villageois remplissait les fonctions de Maire. Ce dernier s'occupait de l'état civil en déclarant les naissances, les mariages et les décès qui avaient lieu au village, auprès de l'administration turque qui se trouvait en ville (à Uludere). Il recevait les militaires ou tout autre personne officielle et enfin distribuait le courrier. Pour ces services rendus au village, il percevait un salaire mensuel qui lui permettait à peine de nourrir sa famille d'où la nécessité de travailler la terre.

Cependant, l'enseignement se passait différemment. En effet, c'était une nouvelle activité dans le village puisque une école y existe seulement depuis 1964. D'ailleurs école est trop dire, car il n'y avait qu'une classe qui accueillait tous les enfants du village. Ils ont donc un seul et même instituteur envoyé par l'administration turque. Simple constat, le seul métier au village faisant partie du secteur tertiaire n'est pas accompli par un villageois. Mais cela est tout à fait compréhensible puisqu'aucun d'entre eux n'avait eu la chance d'étudier. Cet enseignement primaire était sanctionné par un diplôme sans grande importance, puisque de toute façon les enfants quittaient l'école vers l'âge de 10-12 ans pour aller travailler avec leurs parents. En effet, pour pouvoir faire autre chose, il leur aurait fallu poursuivre des études dans le secondaire, ce qui leur aurait été peut être possible dans leurs rêves mais certainement pas dans la réalité, car non seulement il n'y avait pas de collège proche mais aussi, la contrainte financière pesait lourdement dans le choix des parent

Le dentiste ou plus exactement "l'arracheur de dents", puisque ce dernier n'avait aucune notion en soins dentaires, était une personne du village qui, pour tout soin, arrachait les dents sans aucune anesthésie et à l'aide d'une pince. Le médecin était inexistant aussi. C'est pourquoi les malades étaient soignés par les remèdes miracles des grand-mères. Et si celles-ci n'y parvenaient pas, c'est seulement à ce moment là que le malade était transporté en ville. Le trajet durait une demi-journée et se faisait à cheval. Mais le transfert en ville était réservé seulement aux cas les plus graves et c'est pourquoi les accouchements se passaient au village. Comment se déroulaient-ils donc ? La femme enceinte, n'ayant reçu aucun soin lors de sa grossesse est assistée de femmes âgées (les sages femmes du village). Mais ces dernières ne possédant aucune connaissance sur le plan médical, le moindre problème durant l'accouchement pouvait entraîner la mort du nouveau-né ou de la mère, si ce n'était pas celle des deux.

Des métiers et des hommes haut de page Le bétail - La terre - Les récoltes
Ischy Contact